Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Aïe, mes oreilles !

Publié le 22 Décembre 2010 par Baronne Samedi in Langage

Des personnes dotées de vrais neurones m'ont fait récemment part de leur profond agacement à entendre reprises, à tout propos, les mêmes expressions.


Par exemple, "pris en otage" ou "pagaille", sont répétés à l'envi jusqu'à les appliquer de manière dramatique à des événements tout au plus animés.

 

Pour ma part, je trouve irritant d'entendre  le verbe "arguer" prononcé "argger" au lieu de "ar-gu-er", y compris par des comédiens professionnels.

 

bla.jpg

 

Je suis aussi très perplexe quant à l'utilisation de "définitivement"  qui est une douteuse mise en  français du "definitely" anglais.

 

En effet, si "definitely" signifie "de manière définie, sans ambiguité", notre "définitivement" signifie "pour toujours, à jamais".

 

Donc, en français, on dira "absolument", "décidément", "clairement", "résolument", "sans hésitation" ou toute expression adéquate dont le français ne manque pas.

 

Et vous ? Qu'est-ce qui vous mord les oreilles ?

 

 


Commenter cet article

snarkhunter 01/08/2011 14:49


... A bien y réfléchir, c'est vrai que, lorsqu'on entend quelqu'un parler d' "argger" (... je reprends ici ta graphie), on ne sait désormais plus trop s'il est en train d'agoniser (... Aargh!), ou
bien si ce n'est pas nous qui, au contraire, devrions plutôt l'agonir !


Baronne Samedi 12/08/2011 12:42



L'agonir de... ?



snarkhunter 31/07/2011 09:07


Il me faut ici insurger moi-même ! (et, je sais : ce n'est point du bon françois mais, eussé-je affirmé que je souhaitais "me faire insurger", qu'on m'eût alors soupçonné de préparer un carnage
dans quelque lycée de la région... de toute façon, ils sont fermés le dimanche !)

En ce qui concerne les expressions telles que "la route tue", etc, n'oublions pas que, si l'intention initiale des auteurs n'a certainement guère de subtilité, elles n'en font pas moins appel à des
figures de rhétorique on ne saurait plus classiques, et donc de fort bon aloi. Si je me souviens bien, nous sommes en effet ici devant un cas avéré de métonymie.

Alors, oui : c'est naze... mais c'est aussi "langagièrement licite" !


Baronne Samedi 31/07/2011 20:54



Ta construction de "s'insurger" me fait du mal et le reste de ta démonstration me paraît loin du propos...



Forator 26/12/2010 16:28


J'ai abusé du verbe « parler », j'aurais dû mieux me relire !
Un ami très frais = un ami de fraîche date ?
Cela me fait penser à un autre cas d'inflation verbale, qui est en train de s'imposer : aimer devient « être fasciné par ».


Baronne Samedi 26/12/2010 20:28



Je n'ai pas encore relevé "être fasciné par" mais je ne m'en plains pas, avec tout ce qu'il y a déjà, hé ! hé !



Forator 26/12/2010 01:31


Chère Baronne, c'est toujours un plaisir de vous lire.
Depuis quelques mois, la parlure qui me mord les oreilles, c'est l'adverbe « juste » placé devant n'importe quel adjectif : « C'est juste génial », « Ah, c'est juste
trop bête »... l'adverbe « juste » étant accentué, comme si on se prenait pour un Américain en train d'essayer de parler français. C'est parler sans correction en soulignant
l'incorrection.
Les gens cultivés parlent ainsi aujourd'hui.
Et ce matin, à la radio, j'ai entendu une jeune journaliste parlant du journal pour lequel elle travaille (quelque chose comme « Objectif News ») ; elle a évoqué la version
« web » de ce journal et sa version « print ».
Syndrome du colonisé.


Baronne Samedi 26/12/2010 08:57



Oh, ce satané "juste" ! Je pensais en faire un billet mais vous m'avez épargné cette peine. Il y eut, précédemment, l'usage exagéré de "pur" : autant "un pur délice" peut se comprendre, autant
"un pur film" est pour le moins saugrenu.


 


En illustration du syndrome du colonisé, dans une réclame pour un soda, un jeune homme  se réjouit de fréquenter des amis "très frais"...  Sans doute une tentative ratée de rendre le
double sens de  "cool". Je préfère le bel et bon argot français qui fait d'un individu sympathique et arrangeant  "un homme à la coule".



blablette 25/12/2010 20:52


hihi, effectivement je rejoins Phideliane avec une variation: "la route qui tue"... pffff, c'est l'accident qui tue...
Mais sinon, c'est "p'tain" à chaque fin de phrase... je suis capable de jurer comme un charretier, mais ça, ça me hérisse le poil! ;-)


Baronne Samedi 25/12/2010 21:30



Déjà, je suis outrée que tu jures comme un charretier, alors que tu es tricoteuse de talent et mère de famille. Par-dessus le marché, tu es Suisse et je découvre que les Suisses aussi ponctuent
leurs phrases de "p'tain". Pour un peu, on s'attendrait à trouver du ketchup dans la fondue.



Anneso 22/12/2010 23:32


Ce qui me hérisse c'est le : "j'entends bien, mais... ", couramment employé par ceux qui justement font tout sauf entendre ce que tu as à leur dire et entendent simplement te faire comprendre que
tu es un c#n ou une co#ne et qu'ils ont, eux, raison !
Grrrrrrrrrr ça m'énerve...


Baronne Samedi 23/12/2010 13:54



Ah oui ! Bien vu !  En plus, c'est une formule qu'on apprend en communication  pour montrer que l'interlocuteur a suffisamment exprimé son point de vue, ha ! ha !



assistantesociale 22/12/2010 21:43


Ce qui me hérisse littéralement c'est l'expression : "dans les jeunes des quartiers". Mais au juste, les quartiers de quoi ? (de pommes)


Baronne Samedi 22/12/2010 21:57



Des quartiers chics, bien sûr ! Toutes ces racailles Auteuil-Neuilly-Passy qui s'entraînent à devenir l'élite qui nous volera nos économies.



Phideliane 22/12/2010 21:26


"j'ai envie de te dire"/"comment te dire"/"pris en otage" (à chaque fois je me dis qu'ils n'ont JAMAIS été pris en otage pour sortir cette annerie à propos de grève ou autre)
Mais le pire, le pire, c'est quand même :
"le traditionnel week end meutrier de la toussaint". TOUS les ans, les pprésentateur du JT utilisent cette expression.
Tous les ans, j'imagine la petite famille, sur l'autoroute, se dire "ah oui, c'est la tradition, on doit mourir ce week end, faîtes vos prières les enfants", ou les émdias être déçus si les morts
de l'année en cours sont inférieurs à celle de l'année précédente ("oh mince, on a plus de sujet, là!!!!").
Bref.


Baronne Samedi 22/12/2010 21:52



C'est vrai, c'est devenu un rituel morbide.


Il y a aussi le systématique "Sans transition, un mot de football".


Ah, et le fameux "la chanteuse très mignonne du groupe Machin" des animateurs de radio.


J'ai cru mourir de rire quand l'un d'eux l'avait dit à propos de  la chanteuse de YAZOO  qui, bien que très talentueuse, ne pouvait certainement pas être qualifiée de 
"mignonne", pas plus que Beth Ditto ou Amy Winehouse...