Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

La rentrée de la classe

Publié le 7 Septembre 2013 par Baronne Samedi in Art et spectacles

L’Auditorium se refaisant une beauté jusqu’à mi-octobre, le concert inaugural de la saison s’est joué à la Bourse du Travail où je suis arrivée dans une hâte digne de l’ouverture de « Guillaume Tell », sans avoir lu le  programme.

 

Heureusement, victime de son succès, la billetterie prise d’assaut a décalé de cinq minutes le premier coup de baguette, et j’étais à temps au parterre pour découvrir la première partie consacrée à Tchaïkovski. Après quelques minutes pour se faire à l’acoustique, on était vite emporté par l’ouverture–fantaisie de « Roméo et Juliette ».

 

Slatkin, à la tête de l’Orchestre National de Lyon depuis 2011, doit partager mon goût pour les cuivres car il leur a donné toute leur place dans cette introduction qui annonce puissamment les thèmes d’amour et de haine qui font la force de cette œuvre étonnamment moderne.

 

D’autant plus émouvant fut le morceau suivant. Pardonnez le cliché mais c’est bien « âme slave » qui s’imposait à l’écoute de l’air de Lenski, transposé pour violoncelle, et extrait de « Eugène Onéguine ». Bien que profane, j’ai compris la virtuosité sensible du soliste dont j’ai appris par la suite que c’était Mischa Maisky, le seul violoncelliste au monde à avoir étudié avec Rostropovitch.

 

La classe, quoi...

 

Le privilège de l’entendre s’est renforcé avec les « Variations sur un thème rococo, opus 33 » dont le compositeur disait lui-même que c’était une de ses œuvres les plus réussies. Maisky a pu déployer tout son brio car le thème est suivi de sept variations dans des styles totalement différents, joués sans interruptions, sans temps pour se reposer ni se rappeler la partition. Le public l’a pleinement apprécié en l’ovationnant jusqu’au rappel.

 

Maisky nous a alors offert un très joli « Nocturne » qui lui a valu un nouveau rappel du public lyonnais pourtant plutôt compassé.

 

Curieusement, l’artiste nous a alors gratifié d’une œuvre qui pour être célèbre n’en était pas moins incongrue dans ce contexte puisqu’il s’agissait de Bach et son prélude de la « Première suite pour violoncelle solo ». J’ai appris par la suite que Maisky est un grand amoureux de ce compositeur auquel il a consacré déjà plus de cent concerts.

 

La deuxième partie était consacrée à la symphonie « Rhénane » de Schumann. Je l’avoue, par contraste, l’œuvre m’a parue bien fade jusqu’au final plus enjoué, interprété avec beaucoup d’allant par l’orchestre.

 

La saison s’annonce très belle à l’Auditorium de Lyon qui outre la musique symphonique, programme des orchestres invités, du jazz, des cinés-concerts.

Coup de chapeau à la formule « Tutti » qui offre un peu de chaque,  en 4 concerts pour 60 €.

 

La classe, quoi...

 

Auditorium de Lyon – 149 rue Garibaldi – 69003 LYON – Tél. 04 78 95 95 95 http://www.auditorium-lyon.com

 

La rentrée de la classe
Commenter cet article

Agnès 08/09/2013 10:50

wouuuuuuuuuuuuuuuuuahhhh !!