Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Yerevan ou la traversée miraculeuse

Publié le 21 Mai 2012 par Baronne Samedi in Arménie

Erevan est considérée comme l'une des villes les plus anciennes du monde : des archéologues y ont retrouvé des traces de l'époque néolithique.

 

Dans les années 1920, l'architecte et urbaniste Alexandre Tamanian a donné son nouveau visage à la capitale. Malgré son style néo-classique et ses influences soviétiques, Tamanian s'est adapté aux caractéristiques historiques du pas et la plupart des constructions utilisent des pierres de pays comme le tuf rose.

 

armenia_erevan.jpg

 

Lla ville est pourvue de belles et larges artères. Quelques années auparavant, il fallait les talents combinés du sprinter et du torero pour en réchapper.

 

Juste après l'époque soviétique, il y avait peu de voitures. Les feux étaient anecdotiques et, une fois engagé sur la chaussée, il ne fallait ni ralentir ni reculer car les automobilistes avaient pour habitude, non de s'arrêter, mais de vous contourner en vous effleurant le popotin.

 

L'augmentation des véhicules a engendré de nouvelles règles et désormais, le piéton est une espèce protégée à qui porter atteinte mène directement en prison.

 

Les feux de signalisation ont aussi été équipés de comptes à rebours qui indiquent le nombre de secondes restantes avant que les voitures ne démarrent :


compteur.jpg

Il n'empêche que parfois les secondes allouées suffisent à peine. Après avoir sillonné la ville plusieurs heures par une chaleur frisant les 30°, j'ai commencé à traîner la patte et seul un puissant instinct de survie m'a fait bondir en avant quand, à plusieurs mètres du trottoir, j'ai entendu vrombir rageusement les voitures impatientes.

 

C'est ce qui doit contribuer à rendre les vieillards si alertes, tout comme les escalators du métro, contruit en 1980. Ils s'enfoncent très bas, comme à Rome et vont aussi vite qu'à Budapest : c'est bien simple, on a l'impression, en descente, de surfer cheveux au vent.

 

En rentrant à l'auberge, j'ai eu cette vague sensation de l'avoir échappé belle...

 

 


 


Commenter cet article

Albert Antranik 30/05/2012 19:07

Oui, traverser une rue à Yerevan se révèle sportif et/ou dangereux !
Il m'est arrivé de défier l'auto-chauffard mais sans en abuser, on ne sait jamais...
il parait que ça s'améliore, y a chemin à faire ! Le port de la ceinture ? C'est quoi une ceinture ? Enfin j'exagère un peu, quoique...
Et le parc auto c'est du grand luxe maffieux à l'épave roulante, je ne sais pas si le contrôle technique existe.
Bon tout ceci ne doit pas décourager les prétendants au voyage, il y a tant de belles et bonnes choses par ailleurs.
Il paraît qu'on tombe amoureux de ce pays lointain.

Baronne Samedi 02/06/2012 08:54



Pendant mon voyage, j'ai croisé des gens qui le premier jour disait n'être qu'en transit pour la Géorgie et qui finalement on fait escale...



l'agnès masquée 21/05/2012 20:46

30 degrés !! mazette !!

Baronne Samedi 21/05/2012 21:14



Mazette et sparadrap, étant donné que j'ai beaucoup trop marché !



aszeb 21/05/2012 19:28

Great you're a survivor!

Baronne Samedi 21/05/2012 21:17



Faut croire que j'ai mérité de prolonger mon séjour...