Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Le rire à la barre

Publié le 28 Avril 2013 par Baronne Samedi in Lecture

Certaines minutes de tribunal sont si hilarantes qu’on se demande comment les greffiers parviennent à garder leur sérieux....   Je traduis ci-dessous quelques exemples tirés du livre « Disorder in Court » :
 

  • AVOCAT : Quelle est votre date de naissance ?
  • TEMOIN : Le 18 juillet.
  • AVOCAT : Quelle année ? 
  • TEMOIN : Chaque année !

 

  • AVOCAT : Cette maladie affecte-t-elle votre mémoire ? 
  • TEMOIN : Oui
  • AVOCAT : Et en quoi affecte-t-elle votre mémoire ? 
  • TEMOIN : J’oublie des choses. 
  • AVOCAT : Vraiment ? Pouvez-vous nous donner un exemple de quelque chose que vous avez oublié ?

 

  • AVOCAT : Dites-moi, Docteur, n’est-il pas vrai que quand une personne meurt dans son sommeil, elle ne s’en aperçoit pas avant le matin suivant ? 
  • TEMOIN :  Etes-vous vraiment avocat ?

 

  • AVOCAT : Votre plus jeune fils, celui-qui  a 20 ans, quel est son âge ? 
  • TEMOIN : 20, comme votre QI

 

  • AVOCAT : Etiez-vous présent quand on vous a pris en photo ?
  • TEMOIN : Vous vous fichez de moi ?

disorder.jpg

 

 

  • AVOCAT : Donc le bébé a été conçu le 8 août ? 
  • TEMOIN : Oui
  • AVOCAT :  Et que faisiez à ce moment-là ?
  • TEMOIN :  Ben, je me faisais baiser.

 

  • AVOCAT : Elle a eu trois enfants, c’est ça ?
  • TEMOIN : Oui.
  • AVOCAT : Dont combien de garçons ?
  • TEMOIN : Aucun
  • AVOCAT : Et y avait-il des filles ?
  • TEMOIN : Votre Honneur, je veux un autre avocat. Puis-je avoir un AVOCAT ?

 

  • AVOCAT : Qu’est-ce qui a mis fin à votre premier mariage ? 
  • TEMOIN : Le décès.
  • AVOCAT : Et le décès de qui ?
  • TEMOIN : Devinez !

 

  • AVOCAT : Docteur, combien des autopsies que vous avez pratiquées l’ont-elle été sur des morts ? 
  • TEMOIN : Toutes. Les vivants  opposent trop de résistance.

 

  • AVOCAT : Vous souvenez-vous de l’heure à laquelle vous avez pratiqué l’autopsie ? 
  • TEMOIN : J’ai commencé à 20 h.
  • AVOCAT : Mr. Denton était-il mort  à ce moment-là ?
  • TEMOIN :  A supposer que non, il l’était  problablement à la fin. 

 

  • AVOCAT : Docteur, avant de commencer l’autopsie, avez-vous pris le pouls ? 
  • TEMOIN : Non.
  • AVOCAT : Avez-vous vérifié la tension?
  • TEMOIN : Non.
  • AVOCAT : Avez-vous vérifié si la victime respirait ?
  • TEMOIN : Non.
  • AVOCAT : Donc, il était possible que le patient soit encore vivant quand vous avez commencé l’autopsie ?
  • TEMOIN : Non.
  • AVOCAT : Et comment pouvez-vous en être sûr, Docteur ?
  • TEMOIN : Parce que son cerveau était dans un bocal posé sur mon bureau. 
  • AVOCAT : Je vois, mais le patient n’aurait-il pas pu être vivant quand même ? 
  • TEMOIN : A la réflexion, il est possible qu’il ait été vivant et en train d’exercer le métier d’avocat. 



Disorder in the Court: Great Fractured Moments in Courtroom History - 255 pages
Charles M. Sevilla (Auteur), Lee Lorenz (Illustrations) - Editeur :  Norton & Company  

ISBN-10: 0393319288

Commenter cet article

Albert Antranik 28/04/2013 20:11

Dans un monde aussi absurde que le nôtre c'est un peu d'absurdité, finalement assez acceptable !
On a bien un mur des cons chez nous...

Baronne Samedi 29/04/2013 22:56

Un p'tit raki, alors, ça marche aussi ! Eh bien, les commentaires sont ouverts pour la pogne. Sans doute un caprice temporaire de la Toile...

Albert Antranik 29/04/2013 18:46

Bon bon, je m'incline et je vais me rincer le palais avec une dosette de Raki !!! Guénats
PS: je n'ai pu accéder aux commentaires de la Pogne de Romans, un bug ?

Baronne Samedi 29/04/2013 18:04

Non, non, non ! Va te laver la bouche avec du savon !

Albert Antranik 29/04/2013 09:37

Désolé chère Baronne
Je n'ai pas mis les points de suspension au bon endroit !
Mais je suppute que l'emploi de ce mot en haut-lieu lui enlève tant soit peu, son caractère injurieux.

Baronne Samedi 29/04/2013 00:47

Tss ! Tss ! On n'emploie pas de gros mots, ici.

agnès 28/04/2013 20:05

hé bé, mieux vaut se tenir à carreaux !!

Baronne Samedi 29/04/2013 23:00

Au singulier le "carreau", très chère, car selon Jacques Arnal dans son "Argot de police", le carreau désigne le domicile, tout comme la 'carrée' ou la 'carre' est la chambre. Sachant qu'il existe "se tenir à carre" pour dire "rester caché dans sa chambre", donc ne pas se manifester, chercher à passer inaperçu, on peut supposer que cette dernière expression, par convergence avec le dicton, aurait servi de base à "se tenir à carreau" . Ce lien avec l'argot est encore renforcé par Gaston Esnault qui signale qu'un des sens de "se carrer", datant du milieu du XIXe siècle, était "se mettre à l'abri, en sûreté". (source : www.expressio.fr)