Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

La Mouette à la Veronese

Publié le 21 Février 2013 par Baronne Samedi in Art et spectacles, Théâtre

Le Théâtre de la Croix-Rousse a mis au programme une œuvre étonnante du metteur en scène argentin Daniel Veronese. Le titre « Les enfants se sont endormis » reste un mystère car il n’a rien à voir avec « La Mouette » dont cette mise en scène est une version revisitée.

Tchékhov la voyait comme une « Comédie, trois rôles de femmes, six rôles d’hommes, quatre actes, vue sur un lac, nombreuses discussions littéraires, peu d’action, un quintal d’amour".  Il y a pourtant du tragique dans ce chassé–croisé amoureux, sur fond d’ambitions inassouvies.

Voici donc une œuvre russe, jouée en espagnol et surtitrée en français. On se passe de l’univers de la bourgeoisie du  19e siècle et la langueur de l’âme slave  : les vêtements sont ordinaires, l’action est condensée  et c’est dans un seul décor de salon que se croisent, se rassemblent ou se séparent les personnages.

La jalousie dévore les âmes : Arkadina, gloire vieillissante de la scène, est jalouse que son fils Kostia écrive une pièce pour Nina dont il est amoureux. Mais celle-ci rêve de célébrité et n’a d’yeux que pour Trigorine, l’amant d’Arkadina, écrivain de renom et pourtant jaloux de la gloire de Tolstoï et Tourgueniev... 

Leurs propos sur le théâtre pourraient distancier les sentiments mais autour d’eux gravitent le médecin, l’intendant et sa fille Macha, qu’aime le maître d’école alors qu’elle aime en secret Kostia. Loin d’être des seconds rôles, ils donnent un ancrage à ce qui ne pourrait être qu’un tourbillon de vanités.

Entre les deux mondes est le frère d’Arkadina, fonctionnaire retraité, qui ne veut plus que le droit de manger, boire et dormir en paix.

La vivacité de la mise en scène donne à l’affaire des allures de vaudeville mais les moments de silence ou de tête-à-tête n’en ont que plus de poids, rappelant que l’existence est plus difficile que sa représentation. Ils sont les signes avant-coureurs du drame qui va se dérouler...

 

Photo-veronese.jpg

 



Le Théâtre de la Croix-Rousse a la bonne idée d’installer un point-librairie au sortir de la salle :  j’ai ainsi pu repartir avec une édition de « La Mouette » pour voir dans le détail ce que Veronese en a gardé ou retiré.

« Les enfants se sont endormis » - Compagnie du Teatro San Martin de Buenos-Aires, au   Théâtre de la Croix-Rousse

 

 

Commenter cet article

agnès 23/02/2013 08:48

l'existence est plus difficile que sa représentation...c'est joliment dit, et si vrai...

Baronne Samedi 23/02/2013 15:08



... et pourtant, curieusement, voir la vie représentée sur scène permet de mieux en appréhender les méandres...