Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

En scène !

Publié le 9 Janvier 2017 par Baronne Samedi in Lecture, Humeur

J’ai observé le rituel et pris le temps d’inspecter mon visage dans le miroir.

J’ai fourragé dans la boîte pour sortir le matériel : tubes, boîtes, pinceau, houpette.

J’ai pensé au public et choisi les couleurs en conséquence : il faut deviner les codes, savoir s’adapter.

D’abord, un nuage de poudre claire, pour estomper les ombres. Puis, sur les pommettes, les paupières et les tempes, des touches de rose abricoté, pour cet air de fraîcheur vive qui inspire confiance.

C’est une façon de conjurer le trac, de se mettre en situation.

Le long des cils, un simple trait noir et dense, pour souligner l’iris et mettre en valeur le blanc de l’oeil ; pas un oeil de biche qui ne convient finalement qu’à celles qui n’ont pas encore besoin de maquillage.

J’ai vu mes paupières basses sur le regard désabusé,  alors j’ai agrandi le regard, en appliquant le mascara cil à cil, en tirant bien vers le haut.

(Je connais tous les trucs, j’ai de l’expérience)

Pour sourire à belles dents, sans vulgarité, j’ai choisi un rouge transparent, posé légèrement sur les lèvres crayonnées pour qu’il reste net.

On ne peut pas se permettre le moindre laisser-aller.

J’ai respiré pour relâcher les épaules, j’ai souri pour donner à mon visage l’expression nécessaire, j’ai pris les accessoires  et trente minutes plus tard, j’ai fait mon entrée.

« Bonjour, je suis envoyée par ... »

... Il m’a regardée, avec un mélange de surprise et d’embarras...

«Nous sommes bien lundi et on m’a dit 14 h» ai-je avancé, perplexe, élargissant prudemment mon sourire, à défaut de me lancer dans un grand numéro de danse.

« Mais...  a-t-il bredouillé, c’est un malentendu... Ce n’est pas vous que nous avons choisie, je leur ai bien dit...».

Mon coeur a fait un drôle de bond mais j’ai répondu ce qu’il fallait et j'ai fait une jolie sortie. 

(Je connais tous les trucs, j’ai de l’expérience)

Plus tard, j’ai sorti le matériel : le miroir, le coton, les lotions.

J’ai effacé le sourire, le regard pétillant, l’illusion d’enthousiasme.

Il devient difficile de sortir des coulisses de l’emploi.

Commenter cet article