Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Publié le 13 Août 2019 par Baronne Samedi in Voyage, Malte, Mdina, Friandises

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Les Phéniciens, qui colonisèrent Malte vers le VIIIe siècle av. JC, seraient à l’origine de la fondation de la cité de Melita (aujourd'hui Mdina) sur un plateau rocheux, au cœur de l’île principale.

Lors de la conquête par Rome vers 218 av. JC, la cité de Mdina se développe considérablement jusqu’à devenir la capitale de l’île. Une imposante enceinte est alors édifiée et une large nécropole se développe au delà de ses murs.

C’est à Mdina que saint Paul aurait trouvé refuge en l’an 60 après avoir fait naufrage au large de l’archipel. Il aurait alors évangélisé la majeure partie de l’île et demeure encore aujourd’hui le saint patron des paroisses de Mdina, La Valette ou encore Rabat, dont les catacombes portent son nom.

Mdina, baptisée aujourd'hui "la cité silencieuse", fut successivement le siège des autorités normandes, germaniques, angevines, aragonaises et espagnoles, ce qui lui valut le surnom de Città Notabile.

Entre le 12e et le 16e siècle, églises et palais furent bâtis à l’abri des remparts.

La construction de La Valette lors de la seconde moitié du 16e siècle marqua le début du déclin de Mdina au grand dépit  de l’aristocratie locale qui se vit supplantée par les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. 

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Pour ce qui est de la visite, abandonnez tout espoir de tranquillité. La visite est calibrée pour cadencer les autocars déversant des centaines de visiteurs internationaux,

S'il n'y a que 230 habitants qui ont, seuls, la permission de rouler, le  fait qu'il y a des voitures garées partout pour gâcher  la vue.

Avec ça, mieux vaut être prudent puisque dans la rue principale, les calèches déboulent sans cesse, à grands coups de cloche pour s'ouvrir le passage. On se demande d'ailleurs bien pourquoi les pauvres bêtes doivent trimer sous le soleil de plomb vu la que la ville fortifiée n'atteint même pas le km²...

Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Chapelle Sainte Agathe

Chapelle Sainte Agathe

Malte - Mdina, catacombes et figolla

La rue principale mène directement à la cathédrale Saint-Pierre et Saint Paul.  Je n'ai pas déboursé les 10 euros que coûte l'entrée car j'ai eu mon compte de baroque à Saint Jean de La Valette.

Elle comporte une horloge à droite et un cadran calendrier à gauche.

Souvent, les grandes églises de Malte ont deux horloges : celle de droite donne l'heure juste et celle de gauche est pour tromper les démons qui voudraient gâcher la messe.

Il y a  également souvent un canon de chaque côté du bâtiment pour effrayer les êtres malfaisants.

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Je préfère enquiller les ruelles paisibles pour rallier le rempart d'où je verrai le panorama.

Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla

Les cultures sont une juxtaposition de petites parcelles séparées par des murs de pierre sèche, c'est-à-dire sans ciment, pour permettre à l'eau de pluie de s'infiltrer et arroser en goutte à goutte.

A cela s'ajoute quand même l'arrosage avec de l'eau de mer dessalinisée.

Dans cette zone, il y a de l'argile sur une nappe phréatique, ce qui permet la culture quand, ailleurs, ce n'est que rocher.

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Tout ça m'a donné soif et je fais une pause bienvenue pour un café glacé chez Fontanella qui doit son nom à la fontaine surmontée d'un angelot au dauphin qui ornait le jardin au 17e siècle.

La statuette, copie d'une oeuvre de Verrocchio, est désormais les pieds dans les fleurs.

Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla

Je sors de Medina par la Porte des Grecs pour aller à Rabat, la ville basse, où se trouvent les catacombes dites de Saint Paul mais qui en incluent plusieurs : Sainte Agathe, San Catald, Saint Augustin...

A la fois chrétiennes et païennes, développées sur plus de 2 000 m² de souterrain, les catacombes font partie d'un grand cimetière jadis situé hors des murs de l'ancienne ville grecque de Melita, aujourd'hui recouverte par les plus petites villes de Mdina et de Rabat. Elles comprennent également les catacombes de Sainte Agathe, San Katald, Saint Augustin et bien d'autres.

Le cimetière a probablement vu le jour à l'époque phénicienne-punique. Comme dans la tradition romaine, les sépultures phéniciennes et puniques étaient situées à l'extérieur des murs de la ville.

Les premières tombes consistaient en un puits rectangulaire profond avec une ou deux chambres creusées sur ses côtés. Ce type d'enterrement a été utilisé bien avant l'occupation romaine des îles, mais les chambres sont devenues plus grandes et de forme plus régulière au fil du temps.

Il est probable que cet élargissement a rejoint les tombes voisines et conduit à la création de petites catacombes, qui sont devenues la norme à partir du 4e siècle de notre ère. Les catacombes ont été majoritairement  utilisées jusqu'au 7e voire 8e siècle, et certaines ont été réutilisées lors de la re-christianisation de l'île autour du 13e siècle.
 

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Ce sont les minuscules catacombes de Saint Castald que je visite. 

A l'entrée, une table circulaire est taillée dans la roche, et servait probablement à des repas commémoratifs lors de la fête annuelle des morts.

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Les trous creusés dans les parois servaient pour fixer des lampes à huile, et  quelques puits assurent l’aération.

Il y a des tombes en sarcophage, d'autres "à baldaquin" ou "à fenêtre". Heureusement, pas d'ossuaire.

C'est la première fois que je visite une catacombe et je ne pense pas remettre ça, à moins d'en voir qui sont encore ornées. Ici, les couleurs ont disparu, avec l'érosion.

Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla
Malte - Mdina, catacombes et figolla

Bien plus intéressant, j'avise une pâtisserie, en sortant et j'en profite pour essayer une figolla : a priori c'est une recette pour Pâques mais ils ont bien raison de les faire à l'année.  

Malte - Mdina, catacombes et figolla

La base est une sorte de biscuit sablé fourré de pâte d'amande. Il y a bien sûr des variantes : un glaçage ou des amandes effilées pour le dessus ; du citron ou de l'orange pour aromatise rla pâte d'amande etc.

Malte - Mdina, catacombes et figolla

Celui dont j'ai fait mon déjeuner était à l'orange : un pur délice dont j'espère que j'aurai l'occasion d'en retrouver. Il faudra que j'aille chez Cordina, à la Valette....

Commenter cet article