Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Publié le 31 Juillet 2018 par Baronne Samedi in Arménie 2018, Voyage, Artisanat

A Sisian, dans la province de Syunik, se trouve l'atelier Sisian Ceramics, en plein essor.

Vahagn est maître-céramiste, et travaille sur la vaisselle, tandis que Zara crée des bijoux et des étoles en soie peintes à la main.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Grâce à la fondation HDIF, j'avais vu certaines pièces et je suivais leurs pages sur Facebook ; aussi je tenais à les voir en personnes, dans leur repaire perché au-dessus de la ville.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan
Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan
Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Vahagn Hambardzumyan vient tout juste de revenir de Washington où il était l'un des 70 artisans et artisanes invité/es au festival culturel de l'Arménie par le Smithsonian Institute, afin de présenter l'excellence dans tous les domaines de l'artisanat.

Ce passionné a d'abord tenu un petit commerce pour rassembler assez d'argent pour étudier auprès de potiers confirmés. Par la suite, il a ouvert son propre atelier.

Il produit depuis plusieurs années de jolies pièces de vaisselle et de décoration mais surtout, il mène des recherches intensives pour retrouver le savoir-faire millénaire qui donne  à l'argile cuite une solidité et une patine remarquables.

Les argiles, de diverses couleurs, sont toutes disponible dans sa région. Il les collecte lui-même lorsqu'elles sont à l'état de terre.  Et quand je dis "terre", c'est bien l'aspect de ce qui est à côté de ce tas de bois...

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

L'argile brute ressemble à de la terre ou de la pierre mais elle se dissout dans l'eau.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Collectée en grande quantité, elle est donc additionnée d'eau puis filtrée pour en enlever les impuretés :

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Elle est ensuite égouttée pendant un jour ou deux. L'étape suivante est cruciale et c'est celle qui diffèrencie l'argile préparée industriellement de celle utilisée par Vahagn.

La matière est mise à reposer afin que se développe une sorte de fermentation due aux bactéries. Ceci donnera à l'argile une cohésion et une plasticité supérieures à ce qu'on obtient avec les additifs industriels.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Cette spécificité permet de graver de fin motifs ; en outre, c'est capital pour la solidité des parties ajoutées (anses, motifs en relief) ou assemblées (sphères, cols multiples...).

Le secret de la solidité réside aussi dans une cuisson lente et longue. Jamais avec le poids de l'eau l'anse d'une cruche ne cèdera ni des ébréchures n'apparaîtront au moindre choc.

L'argile fermentée permet de tourner des gobelets à la paroi très fine : ainsi, la chaleur ou la fraîcheur se maintiennent très longtemps.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

L'argile, même cuite, est poreuse aux liquides. Vahagn utilise la méthode ancienne d'imperméabilisation qui donne aussi une patine très douce au toucher.

Il utilise en couches diverses du lait, de l'huile et de la résine. Le lait "caramélise" à la cuisson ce qui donne la couleur brune.

Les dessins sont appliqués avec des argiles liquides de diverses couleurs. La méthode traditionnelle n'a que les couleurs des diverses argiles.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan
Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Seules les modèles de fantaisie sont ornés de motifs de couleur en émail et d'un glaçage artificiel.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Vahagn nous présente une de ses pièces, une jarre à sel typique de l'Arménie : une figure féminine enceinte dont le ventre contient du sel, que l'on prélève avec une cuillère.

Depuis que les humains ont su utiliser le sel pour préserver la nourriture, les Arméniens, comme d'autres peuples, l'ont honoré comme un minéral pur.  Il était indispensables aux paysans vivant en totale autonomie alimentaire, qui lui attribuaient des vertus magiques pour lutter contre la pourriture et donc le Mal.

On en frottait sur les nouveaux-nés pour éloigner le mauvais sort. Après l'accouchement, les mères se lavaient avec de l'eau salée. Quiconque rendait visite à l'accouchée trempait sa main dans un bol de sel avant d'entrer dans la chambre.

Dans le trousseau de la mariée, il y avait un bol à sel apporté de chez ses parents. En période chrétienne, certains ajoutaient même du sel à l'eau du baptême.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Ce sont les paysannes qui commencèrent à fabriquer des jarres à sel, en forme de femme enceinte. Elles étaient formées à partir de serpentins d'argile, et cuites à basse température dans le "tonir", ce four traditionnel à pain creusé dans le sol.

La forme était soit réaliste, avec un visage, des détails de costume et de parure, soit abstraite, sans visage pour mettre le ventre en valeur.  L'origine exacte et le symbolisme ne sont pas connus, en raison du manque de documentation archéologique et écrite.
 

Selon Vahagn, elles remonteraient aux premiers temps de la christianisation, afin de vénérer secrètement la déesse de la fertilité Anahit, camouflée en ustensile de cuisine...

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

Vahagn affirme que l'enseignement aux enfants l'a fait plus progresser que la fréquentation des grands maîtres : leur spontanéité et leur curiosité les rendent inventifs.

Son ambition est d'en former le plus possible pour faire connaître Sisian comme centre important de la création de céramique.

Son expérience attire déjà des artisans du monde entier qui viennent étudier ses techniques. Il donne aussi des cours de perfectionnement dans diverses villes d'Arménie.

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

La maison de Vahagn et Zara est en pleine transformation pour accueillir des élèves à demeure, avec même une cuisine où seront préparés les plats traditionnels qui seront cuits en marmites de céramique dans le "tonir".

Arménie 2018 - Sisian Ceramics : Vahagn Hambardzumyan et Zara Gasparyan

C'est un gros investissement qui prendra du temps mais j'ai la ferme intention d'être la première élève-débutante.

Commenter cet article