Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Bristol - L'arrivée

Publié le 5 Mai 2018 par Baronne Samedi in Voyage, Bristol

Ville de marchands, de marins et de pirates, Bristol fut avec Londres le port le plus important d’Angleterre pendant des siècles, d’abord pour le commerce avec l’Irlande, l’Islande et la Gascogne puis avec le commerce triangulaire : des produits manufacturés étaient déchargés en Afrique puis les bateaux étaient remplis d’esclaves débarqués dans les Caraibes et le sud des Etats-Unis. Ils revenaient ensuite à Bristol chargés de tabac, de rhum, de sucre et de cacao.

Les marins de retour à Bristol se vantaient de leurs péripéties au pub Llandoger Trow. Ce serait là que Stevenson aurait eu l’idée d’écrire L’île au trésor, et que Defoe aurait rencontré Alexander Selkirk, son inspiration pour Robinson Crusoe.

La fin de la traite négrière en 1807 amorça le déclin de Bristol, d’autant que aa révolution industrielle profita plutôt à Manchester, Liverpool, Birmingham.

Pour finir, pendant la seconde guerre mondiale, Bristol subit des attaques meurtrières de l’aviation allemande, rasant des quartiers entiers.

Bristol - L'arrivée

La renaissance de Bristol a commencé à la fin des années 1990 grâce, comme à Bilbao, avec l’accent mis sur le tourisme et la culture.  La villes est le berceau du trip hop, avec Tricky, Portishead et Massive Attack. C'est également de cette ville que Banksy est originaire, où il a fait ses premières oeuvres murales.

La zone industrielle et portuaire a été transformée en lieu de divertissements avec de nombreux musées, bars et restaurants. L’économie s’est enrichie d’entreprises liées aux media, aux nouvelles technologies et à l’aérospatiale.

Deux universités, un monde associatif et militant important et des artistes locaux ont transformé Bristol en ville jeune et créative,  avec pas moins de 450 parcs et jardins, dont Dame Emily Park où est situé un des premiers skate parks britanniques, datant des années 1970.

Le trajet depuis l'aéroport n'est pas engageant : l'architecture est vraiment moche et la banlieue encore bien décatie. J'avoue avoir eu un doute quant à ce voyage mais ce n'est pas grave puisque l'objectif initial était de revoir mon p'tit pote Vincent qui m'a parlé de la ville avec enthousiasme depuis qu'il s'y est installé en janvier.

Mes doutes se sont envolés quand je suis arrivée en plein centre pour m'installer à l'hôtel, dans une cour tranquille mais environné de rues très vivantes.

A ma grande surprise, le soleil brille de tous ses feux !

Le Brooks GuesthouseLe Brooks Guesthouse

Le Brooks Guesthouse

St Nicholas, un dédale sous verrière, ouvert uniquement en journée.

St Nicholas, un dédale sous verrière, ouvert uniquement en journée.

A mon arrivée, une noce était en train de s'éparpiller et j'ai été surprise de voir à quel point tout le monde était endimanché (satin, dorures, velours, noeuds papillons) tout en arborant des coiffures et des tatouages très en contraste avec les vêtements. Je ne pouvais pas décemment mitrailler la vie privée  j'ai juste pris cette photo à la sauvette pour essayer de montrer le dos de la femme, entièrement tatoué, mais hélas elle s'est retournée...

Bristol - L'arrivée

Après avoir posé mon sac, je me suis impatiemment jetée dans une première promenade vers le quartier du port, Harbourside, après avoir traversé un long marché aux puces très animé.

Bristol - L'arrivée

Comme toujours,  j'ai fait une photo intempestive du sol mais ça vous permet de voir les pavez... et aussi qu'une fois encore je gambade en souliers vernis...

Bristol - L'arrivée
Commenter cet article