Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Arménie - Odzaberd : une inscription de près de 3000 ans

Publié le 9 Mai 2017 par Baronne Samedi in Arménie 2017, Vardenis, Odzaberd, Voyage

Arménie - Odzaberd : une inscription de près de 3000 ans

Sur la route de retour de Vardenis à Yerevan, près de Tsovinar, j'ai pu voir un document extraordinaire au lieu dit Odzaberd (en arménien Oձաբերդ) signifiant "la forteresse du serpent".

Il s'agit d'une inscription en écriture cunéiforme (սեպագիր) sculpté dans la roche à la base de la colline où une ville fortifiée fut fondée par Rusa 1er, roi de l'Ourartou entre 735 et 713 av. J.-C.

Arménie - Odzaberd : une inscription de près de 3000 ans Arménie - Odzaberd : une inscription de près de 3000 ans

D'après la traduction, en substance, gravée sur la pierre dressée grise, la stèle raconte que Rusa 1er avait conquis vingt-trois nations et qu'il dédiait la citadelle  à Teisheba/Theispas, dieu des orages, du tonnerre et parfois de la guerre, souvent représenté comme un homme debout sur un taureau, tenant une poignée de foudres.

Cette stèle est le le «certificat de naissance» du nom du lac Sevan car il est mentionné comme «Suinia» ou «Tsuinia», ce qui signifiait alors tout simplement... lac.

Arménie - Odzaberd : une inscription de près de 3000 ans

Il n'est pas permis de prendre plus de photographies du site car c'est un emplacement stratégique de régulation du niveau du lac. Une attaque malveillante pourrait causer l'engloutissement de plusieurs villages.

Il ne faut pas oublier la menace qui pèse sur l'Arménie, de la part de l'Azerbaidjan et des islamistes en général, le pays étant un véritable symbole de christianisme pour avoir été le premier à avoir adopté cette religion comme religion d'Etat.

On célèbre d'ailleurs aujourd'hui la prise de Chouchi (en arménien Շուշի), le 9 mai 1992.

L'armée azerbaidjanaise occupait la ville qui est entourée de remparts. Sur un des flancs, se trouve une falaise d'environ 1000 m de hauteur, réputée infranchissable. C'est donc la voie qu'ont choisie les militaires améniens.

Ils ont grimpé une nuit, se sont cachés dans les rochers le jour, puis à la fin de la deuxième nuit, ils ont débouché sur le plateau semant la panique parmi les ennemis. Dans le même temps, un second bataillon menait une attaque de diversion contre un autre point de la citadelle.

Les célébrations de la prise de Chouchi m'ont bouleversée car il ne s'agit pas simplement de maintenir un souvenir mais bien de rappeler à la jeune génération qu'il faut être toujours prêt à défendre le territoire et sa culture. 

L'Arménie ne veut plus être soumise, envahie, dévastée, volée, niée... Elle s'est maintenue depuis la nuit des temps et ne pliera plus jamais.

Commenter cet article

antranik 10/05/2017 16:19

Bravo Madame !
Je souscris à votre déclaration car notre peuple a failli être éradiqué par la barbarie.
Que les jeunes générations n'oublient jamais le combat pour leur présence, aujourd'hui, là-bas et partout dans le monde.