Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Un tour chez Harcourt

Publié le 12 Mars 2017 par Baronne Samedi in Humeur, Promenade, Art et spectacles

Un tour chez Harcourt

A l'occasion d'une soirée privée, j'ai pu faire un tour dans le fameux studio Harcourt. 

Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt

La légende du studio commence le 15 janvier 1934, grâce à une femme : Germaine Hirschefeld. C’est elle qui forgera le style Harcourt, qui privilégie le visage, le détache de toute référence temporelle, densifie les ombres et met l’accent sur le regard.

D’après l’historienne Françoise Denoyelle, Germaine est née à Paris en 1900, de commerçants juifs allemands, installés en France. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, la famille doit quitter la France pour l’Angleterre. On retrouve la trace de Germaine en 1930 à Paris.

Comme Chanel avant elle, Germaine a préféré inventer sa vie que la subir. Elle s'est choisi le nom de Cosette Harcourt, à la connotation plutôt ascendante...

Cosette Harcourt

Cosette Harcourt

Femme libre à la personnalité flamboyante, elle apprend la photographie dans les studios G.L. Manuel Frères.  C’est là qu’en 1933, elle rencontre Jacques Lacroix, qui avec son frère Jean, patrons de presse, sont en train de fonder, avec Robert Ricci, le fils de Nina Ricci, l’agence Pro-Publicité.  Jacques crée le studio Harcourt dont l’organisation repose sur elle.


La spécialité du studio  est le portrait en noir et blanc. Le style Harcourt fait appel à une technique particulière basée sur un éclairage en lumière continue issu de sources multiples. Les éclairages utilisés sont le plus souvent des éclairages tungstène ou HMI, utilisés sur des projecteurs similaires à ceux du cinéma. Ainsi, de l'éclairage classique à l'éclairage latéral, en passant par l'éclairage spécifique des yeux, la lumière est utilisée pour sublimer le visage.

Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Un tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt
Un tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, pour la protéger, Jacques Lacroix épouse Cosette. Malgré tout, elle est obligée de quitter Paris. Elle séjourne dans le Sud de la France, puis en Angleterre. Le studio continue son activité et, à la Libération, Cosette reprend sa place.

 

C’est alors l’âge d’or du studio Harcourt. Dans la presse, bien sûr, et dans de nombreux cinémas où sont affichés les portraits des actrices et acteurs. Le studio est une des premières entreprises à démarcher la clientèle privée par téléphone, et le suivi de chaque séance photographique est parfaitement orchestré. De plus, grâce à l’Agence France Presse des frères Lacroix le studio attire de nombreuses célébrités. Quatre-vingts personnes travaillent alors au studio, pour traiter une quarantaine de clients par jour.

Un tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt

L’arrivée des premiers appareils reflex et la Nouvelle Vague affaiblissent le succès du studio. Cosette Harcourt meurt en 1976 et Jacques Lacroix liquide le studio.

 

Ce sont les frères Hariri qui redonnent vie au studio en 1980. A l’initiative de Jack Lang, alors ministre de la Culture, le fonds Harcourt, négatifs et archives, est acheté par l’Etat et déposé à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine au fort de Saint-Cyr.

 

En 2007, le Studio Harcourt est racheté par Francis Dagnan et dirigé par Catherine Renard. Depuis cette même année, les photographies historiques sont désormais diffusées par la Réunion des Musées Nationaux. L’entreprise investit beaucoup dans la recherche et la création : évolution des formats, des techniques de retouche, tests avec des éclairages LED, etc.

 

Pour réaliser une photo il y a 4 étapes au : maquillage, travail sur le plateau avec les opérateurs, retouche et tirage numérique, essentiellement sur imprimante jet d’encre. La retouche par logiciel est basée sur le travail des gris.

Un tour chez Harcourt
Un tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt
Un tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt

Certains sujets n'ont pas besoin de maquillage...

Un tour chez Harcourt
Un tour chez HarcourtUn tour chez HarcourtUn tour chez Harcourt

Désormais 6 rue de Lota, dans le 16e arrondissement de Paris, le studio Harcourt se réinvente constamment pour perpétuer son style unique.

Ce dynamisme lui vaut depuis 2015 le label Entreprise du Patrimoine Vivant.

Un tour chez Harcourt
Un tour chez Harcourt
Commenter cet article