Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

L'Oiseau de feu - Stravinsky/Orchestre national de Lyon/Teatro Gioco Vita

Publié le 3 Décembre 2016 par Baronne Samedi in Art et spectacles, Musique

L'Oiseau de feu - Stravinsky/Orchestre national de Lyon/Teatro Gioco Vita

Dans le cadre de son Festival russe, l'Auditorium de Lyon présente L’Oiseau de feu, dans l'orchestration réduite de Jonathan McPhee. C'est initialement la musique d'un ballet en deux tableaux composé par Igor Stravinsky sur la commande de Diaghilev et créé à l’Opéra de Paris en par les Ballets russes. 

L'intrigue s’inspire du Conte d'Ivan Tsarévitch, de l'Oiseau de Feu, et du loup Gris écrit par Alexandre Afanassiev, auxquels s’ajoutent d’autres éléments empruntés aux contes traditionnels populaires :

Ivan Tsarevitch voit un jour un oiseau merveilleux, tout d'or et de flammes. Il veut le saisir mais ne réussit qu'à lui arracher une plume scintillante.

Sa poursuite l'a amené sur les terre de Kachtcheï, le redoutable demi-dieu qui veut le changer en pierre, comme d'autres audacieux. Les filles de Kachtcheï et les treize princesses captives s'efforcent de sauver Ivan Tsarevitch.

Survient l'Oiseau de Feu qui dissipe les enchantements : le château de Kachtcheï disparaît et les jeunes filles, les princesses, Ivan Tsarevitch et les chevaliers délivrés s'emparent des précieuses pommes d'or de son jardin.
 

L'Oiseau de feu - Stravinsky/Orchestre national de Lyon/Teatro Gioco Vita

L'Auditorium de Lyon en offre une version accompagnée d'images grâce à la mise en scène des comédiens, danseurs et manipulateurs de la compagnie italienne Teatro Gioco Vita.

Pour un jeune public, l'oeuvre est intéressante car on peut se repérer dans la narration grâce aux  thèmes marqués, une fois l'histoire résumée aux enfants.

Le début joué aux violoncelles et contrebasses dans un registre grave et sur un motif répété instaure un climat inquiétant qui augure des événements dramatiques à venir.

Le frémissement des  cordes et  les trilles de bois qui  s’envolent  vers  l’aigu  font surgir  l’oiseau  de  feu. Il est interprété par une femme pleine de grâce et porteuse de lumière, qui l'incarne en dansant ou en animant sa silhouette.

Les sujets découpés et colorés sont  manipulés à vue ou projetés en ombres chinoises sur une toile blanche. Celle-ci se révèle soyeuse quand, mise en mouvement par les comédiens, elle se pare de couleurs projetées, évoquant un incendie ou la tourmente d'une bataille. 

Le jeu des ombres qui se tordent, s'étirent et  semblent tout envahir rend l'affreux Kachtcheï aux grands yeux cruels particulièrement effrayant. On est heureux de le voir se ratatiner en un petit bonhomme à la fin de l'histoire...

La fascination est telle que les enfants même très jeunes sont attentifs au spectacle, donnant à cet Oiseau de feu un succès mérité.

Orchestre national de Lyon sous la direction de Quentin Hindley

Teatro Gioco Vita (théâtre d’ombres, d’acteurs et danse)

Mise en scène et décors Fabrizio Montecchi Chorégraphie Gloria Dorliguzzo
Chorégraphie Gloria Dorliguzzo
Acteurs et danseurs Valeria Barreca, Gloria Dorliguzzo et Tiziano Ferrari
Silhouettes Nicoletta Garioni, sur des dessins d’Enrico Baj
Lumières Davide Rigodanza
Costumes Giulia Bonaldi, Anusc Castiglioni et Corinne Lejeune

Durée : 45 min

Commenter cet article