Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Angels in America - Kushner / Van Den Daele

Publié le 8 Octobre 2016 par Baronne Samedi in Art et spectacles, Théâtre

Mise en scène magistrale portée par des comédiens habités : le talent d'Aurélie Van Den Daele se montre à la hauteur de son culot. 

Il en fallait pour s'attaquer à l'extraordinaire Angels in America qui valut à son auteur un prix Pulitzer et un Tony Award.

Tony Kushner l'écrivit en 1987, quand  Ronald Reagan dirigeait les États-Unis sur le mode du libéralisme économique et de la morale conservatrice, tandis que depuis 1981, le SIDA devenait une pandémie qu'on attribuait encore aux seuls homosexuels.

La pièce fut créée en deux temps : "Millenium Approaches"  en 1991 et "Perestroïka"  en 1992.  Au total, le spectacle durait 7 heures mais c'est une version resserrée en 4 h 30 que met en scènce Van Den Daele avec le Deug Doen Group.

Il n'en reste pas moins que cette « fantaisie homo sur des thèmes nationaux », sous-titre de la pièce, est un maëlstrom dans lequel les destins se croisent pour peindre une société malade de ses non-dits, victime d'une catégorisation sociale, religieuse et sexuelle qui sévit encore aujourd'hui.

Pour parler de pouvoir, de culpabilité, d'amour ou de pardon, la réalité se mêle de rêves et d'hallucinations.

© photo Marjolaine Moulin

© photo Marjolaine Moulin

Van Den Daele a relevé le défi des chassés-croisés de la pièce, découpée en tranches de vie qui se déroulent dans des lieux multiples. Le dispositif scénique allie un espace ouvert, avec en fond un rideau de chaînettes métalliques, tantôt passage, tantôt écran. Sur le côté, une pièces close en plexiglas permet d'alterner ou superposer d'autres actions. 

La mise en lumière procède aussi de la répartition de l'espace, tandis qu'une étagère, un distributeur de boissons et deux rangées de sièges en plastique suffisent à évoquer un bar, un hôpital, un bureau, une  banquise ou un paysage d'hallucinations.

Une bande-son très pertinente accompagne toutes les scènes, comme dans un film, soit pour un crescendo saisissant dans les moments dramatiques, soit pour passer des rythmes qui ont bercé les années 80, du funk à Madonna en passant par Bowie et Jimmy Sommerville.

Angels in America est une fresque impressionnante, bouleversante, cruelle et souvent très drôle. Kushner aborde avec beaucoup d'esprit les aberrations de la politique, la corruption des lois, les failles humaines et la question de l'identité.

Prior Walter atteint du VIH, est abandonné par son compagnon, Louis, juif et démocrate à qui Belize, un infirmier noir, ex-amant de Prior et travesti à ses heures, ne manque pas de souligner sa lâcheté.

Le même comédien joue M. Mytho, l'agent de voyage imaginaire qui envoie Harper dans un Antarctique fantasmé. Elle est dévorée par le Valium, tandis que son mari, l’avocat mormon et républicain Joe Pitt, cherche vainement à réprimer ses désirs homosexuels. Il est manipulé par l'avocat Roy Cohn, salopard influent et corrompu. Ce personnage historique anti-sémite, raciste et homophobe en public, mourut d’un sida masqué en cancer du foie, malgré le traitement expérimental qu’il avait  détourné.

Il est ici hanté par le fantôme d'Ethel Rosenberg qu'il a conduit à la mort pendant que Prior, lui, reçoit la visite d'un ange pour le moins érotique.

© photo Marjolaine Moulin

© photo Marjolaine Moulin

Les comédiens, excellents, créent un véritable attachement aux personnages, dans un registre qui va du comique au tragique et du grotesque à l’intime.

Fasciné par la multiplicité des liens et des situations, on est véritablement frustré par l'entracte qui surgit au bout des deux heures de la première partie et on attend anxieusement de connaître le sort réservé à Prior, à Roy, à Harper...

Ce soir, j'ai été la première debout pour applaudir mais je n'ai pas été la seule.

C'est une pièce à voir absolument, donc suivez les dates de la tournée en France.

 

Mise en scène Aurélie Van Den Daele, avec Mara Bijeljac 

Traduction  Gérard Wajcman et Jacqueline Lichtenstein Dramaturgie  Ophélie Cuvinot-Germain

Costumes Lætitia Letourneau

Collectif IN VIVO :  Lumières,  vidéo Julien Dubuc - Son Grégoire Durrande - Scénographie Chloé Dumas 

Comédiens :
Roy Antoine Caubet
Harper Émilie Cazenave
Louis
Grégory Fernandes  
Le rabbin/Mère de Joe/Mécecin de Roy/Esprit d'Ethel Rosenberg Julie Le Lagadec
Prior Alexandre Lenours  
Belize Sidney Ali Mehelleb
Joe Pascal Neyron  
L'ange/Infirmière de Prior Marie Quiquempois

Production Deug Doen Group - Coproduction Théâtre de l’Aquarium, Théâtre de Rungis, La Ferme de Bel Ebat-Théâtre de Guyancourt Groupe des 20 théâtres en Île-de-France

 

Commenter cet article