Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Les Ballets du Trockadero : le rire dansant

Publié le 6 Mars 2016 par Baronne Samedi in Art et spectacles, Danse

Photo : Ballets Trockadero

Photo : Ballets Trockadero

Voilà des hommes qui en ont ! C’est sur pointes et en tutu qu’ils le prouvent, revisitant le répertoire classique avec un humour dévastateur.

La compagnie exclusivement masculine est un phénomène depuis sa création en 1974 à New York. Pour autant, le parti pris comique ne gâche pas une technique irréprochable : les danseurs ont beau donner dans le grotesque, ils sont tous issus de prestigieuses académies.

Pour leur tournée en France, ils nous offrent quatre pièces réjouissantes, actuellement en scène à la Maison de la Danse de Lyon.

En introduction, une voix hors-champ annonce que la compagnie est dans la lignée des fameux Ballets russes, et présente les solistes aux noms slaves féminins de fantaisie. Et celle qui ne dansera pas est justement  "Natacha Notgoudinova"... 

L'acte II du  Lac des Cygnes donne le ton : toute la grâce est là mais peu à peu s'infiltrent des impertinences qui désacralisent le romantisme exacerbé : faux faux-pas, gestes de poules et duo cabotin. Le fameux pas de quatre, bien qu'impeccablement synchrone, suscite l'hilarité par les mimiques d'une des ballerines bien empotée. 

Force est d'admirer la maîtrise des pointes : cette particularité n'étant au départ enseigné qu'aux filles, on imagine le travail qu'il a fallu à ces hommes pour plier leur corps à une telle discipline.

Il est d'ailleurs troublant de voir à quel point la différence danseur/danseuse s'efface.

Bien sûr, les carrures sont un peu plus larges et les tailles moins fines, mais pour certains, ce n'est que la pilosité qui est révélatrice.

Photo : Zoran Jelenic

Photo : Zoran Jelenic

Le spectacle continue dans un style très différent : Patterns in Space, pastiche de Merce Cunningham, est dansé avec un sérieux totalement ruiné par les deux musiciens inspirés par  John Cage jouant solennellement d'un attirail improbable, allant de la  casserole au kazoo, en passant par le gargarisme et l'épilateur électrique.

Retour aux grands classiques avec une Mort du Cygne  exécutée par Raffaele Morra, alias Lanska Dumbchenko, avec un allant clownesque. Ce n'est d'ailleurs pas le meilleur du spectacle dont la réussite réside plutôt dans des détails cocasses ajoutés à une base académique.

Photo : Sascha Vaughan

Photo : Sascha Vaughan

C'est ce qu'on retrouve avec Nina Immobilashvilli, alias Alberto Pretto,  qui danse une Esmeralda (é)perdue, soutenue par Joshua Thake, brillant en Pierre déconcerté qui va jusqu'à lui fourrer une capsule de stimulant dans la bouche tandis que dans le corps de ballet haut en couleurs, une danseuse désinvolte déguste une banane à la première accalmie.

Pour finir en beauté, les scènes de Don Quichotte, sont juste émaillées de cabotinage. On se laisse emporter par les pirouettes et sauts très enlevés de Kitri, interprétée par Carlos Hopuy, alias Alla Snizova, et Basil, incarné par Matthew Pope.

Les costumes magnifiques, les maquillages soignés et le talent académique des danseurs  font des Ballets du Trockadero bien plus qu'un numéro comique. 

Toute la beauté de la danse est présente et  le génie des Trocks réside dans leur capacité à triturer un peu les classiques pour en faire surgir le cocasse qui se cache derrière le sublime.

 

Jusqu'au 12 mars 2016 à la Maison de la Danse de Lyon

 

LES BALLETS TROCKADERO DE MONTE-CARLO - 19 danseurs

Le Lac des cygnes (Acte II) - Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski - Chorégraphie d’après Lev Ivanovich Ivanov - Costumes Mike Gonzales - Décors Jason Courson - Lumière Kip Marsh

Patterns in Space - Chorégraphie d’après Merce Cunningham - Musique enregistrée Andrew Franck - Musique live d’après John Cage - Costumes Ken Busbin - Lumière Tricia Toliver

La Mort du Cygne - Musique de Camille Saint-Saens - Choréraphie d'après Michel Fokine 

Esmeralda (Pas de six) - Musique Cesare Pugni - Chorégraphie d’après Marius Petipa - Remontée par Elena Kunikova - Costumes David Tretault - Lumière Kip Marsh

Don Quichotte - Musique Ludwig Minkus - Chorégraphie d’après Marius Petipa et Alexander Gorsky - Costumes Mike Gonzales - Lumière Kip Marsh - Décors Robert Gouge

 

Tournée :

16/03/2016  Istres (13) – Théâtre de l’Olivier

17-18/03/2016 – Aix-en-Provence (13) – Théâtre de Provence

20/03/2016 – Canens (06) – Grand Auditorium du Palais des Festivals et des Congrès

22-23/03/2016 – Bordeau (33) – Opéra National 

Commenter cet article