Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Le mari, la femme et l'amant - Sacha Guitry/Julien Sibre

Publié le 20 Décembre 2015 par Baronne Samedi in Art et spectacles, Théâtre

© F. Rappeneau

© F. Rappeneau

La nature complexe du mariage nécessite parfois de s'y mettre à trois. C'est le postulat sur lequel Sacha Guitry a fondé, en 1919, cette comédie intemporelle et délicieusement amorale que Julien Sibre a mise en scène sur quelques notes de jazz et dans les costumes de l'époque.

Comme l'auteur qui avait coutume de présenter les protagonistes de ses films, la pièce commence avec Emile, le domestique, présentant chacun des personnages à la lueur de la servante de plateau. Cette rupture du quatrième mur propulse d'emblée le public dans l'histoire pour une suite de péripéties burlesques.

Certes, l'argument est mince mais l'auteur, plus que quiconque, savait qu'un bon mot et un décor mondain faisaient la réussite d'une pièce de boulevard. Il l'a prouvé dans celle-ci, délivrant ses leçons sur le mariage et l'art de la rupture avec une éblouissante mauvaise foi.

Mais on n'est pas dans le simple vaudeville. Lorsque Janine explique à son amie que son mari est inventeur car justement il n'invente rien, la démonstration par l'absurde est un délice.

Valéry Plancke donne à Emile, le truculent domestique, une présence et une voix remarquables, pas seulement dans les moments de farce mais aussi pour évoquer la relation particulière entre les maîtres bourgeois et leurs serviteurs.

Le décor nous fait  passer de l’appartement chic des époux à celui très fauve de l’amant, et on pardonnera le gag récurrent de l'ascenseur qui n'est pas vraiment dans le ton, ou la cassure du rythme pendant que s'installe la terrasse d'un établissement balnéaire. 

On retiendra surtout la verve comique avec laquelle Sébastien Desjours donne corps au mari tourmenté et le piquant de Stéphanie Hédin dans le rôle de l'épouse.

L'amant qui rêve de fidélité revient à Julien Sibre qui, pour être le metteur en scène, donne à ses répliques nuancées la bonne cadence, ce qui nous rappelle que Guitry était aussi acteur, conscient qu'un  texte, pour virtuose qu'il soit, ne porte qu'autant qu'il peut être porté.

Sandra Valentin et Yann Peira ne sont pas en reste et c'est heureux car si les rôles-titres font assaut d'esprit, les rôles dits secondaires sont capitaux pour ficeler les situations les plus improbables.

Le public ne s'y est pas trompé qui a pris beaucoup de plaisir à cette représentation donnée au  Théâtre de la Renaissance d'Oullins.

Mise en scène Julien Sibre Scénographie Camille Duchemin
Costumes Melisande de Serres Lumieres Jean-François Domingues

Le mari, Frédéric Sébastien Desjours  La femme, Janine Stéphanie Hédin
L'amant, Jacques Julien Sibre Le domestique, Emile Valery Plancke
Les amis Juliette et Lucien Martel Sandra Valentin  & Yann Peira 

 

Commenter cet article