Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Bucarest - Le Palais du Parlement

Publié le 26 Juin 2015 par Baronne Samedi in Voyage, Bucarest

Le troisième jour a commmencé par une drôle de surprise. Mes hôtes, connaissant mon insatiable curiosité, m'ont organisé la visite d'un pur produit de la mégalomanie du dictateur Ceaucescu. Par courtoisie, j'ai dû surmonter ma répugnance mais ce ne sera pas mon meilleur souvenir,

Initié en 1984, ce projet pharaonique d'une "Maison du Peuple" a détruit 520 hectares de la ville de Bucarest (1/5e du centre historique ), avec la démolition ou le déplacement d'une trentaine d'églises et de 7 000 maisons.  En conséquence, 40 000 personnes ont été relogées dans des immeubles construits à la hâte et inachevés, sans eau, ni gaz, ni électricité.

Le Palais du Parlement  est le plus grand bâtiment en pierre et le second plus grand bâtiment administratif au monde après le Pentagone. Quand on le sillonne, c'est surtout le gigantisme qui frappe.

Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement
Bucarest - Le Palais du Parlement

Le dictateur rêvait de haranguer les foules perché sur le balcon de façade mais il n'en a pas eu le temps.

En prenant cette photographie, je m'interroge sur ce qui fait que des médiocres et des méchants parviennent à prendre un pays en otage.

Bucarest - Le Palais du Parlement

Ma seule consolation à cette visite est d'avoir contribué à l'économie locale et rendu hommage aux artisans qui ont travaillé comme des forçats.

 

 

 

Commenter cet article