Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Venise : prélude à La Traviata

Publié le 21 Février 2015 par Baronne Samedi in Voyage, Venise, Friandises

La dernière fois que j'étais à Venise, le théâtre de la Fenice n'était pas encore rouvert. N'ayant jamais vu non plus la Traviata sur scène, j'ai fait spécialement le déplacement jusqu'à la Serenissima pour assister à  la représentation du 21 février.

Non, non, ceci ne veut pas dire que mon vol était une simple coïncidence.

Non, non, ceci ne veut pas dire que mon vol était une simple coïncidence.

Grâce à l'achat en ligne mon billet de navette ATVO, il m'a suffi de sortir de l'aéroport pour  trouver l'arrêt.

Jusqu'ici tout va bien.

Jusqu'ici tout va bien.

Il faut dire que j'ai une fâcheuse propension à m'égarer, ce qui est souvent source de découvertes impromptues mais aussi de perte de temps. J'en ai peu, en l'occurrence, donc je me promets concentration et réflexion.

A l'arrivée, c'est simple :  la ville a désormais jalonné les parcours. Mon idée générale est de passer le pont du Rialto pour rejoindre mon hôtel à proximité.

 

Chic, des panneaux ! (il fut un temps où il n'y en avait aucun...)

Chic, des panneaux ! (il fut un temps où il n'y en avait aucun...)

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

Il fait plutôt froid, et je trotte d'un bon pas car j'ai environ une demi-heure de marche pour atteindre l'hôtel.

Le trajet est plaisant et c'est bon de ne croiser aucune voiture.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Bateau spécial artichauts !

Bateau spécial artichauts !

Pour ce qui est de se perdre, je ne dois pas être la seule car certains commerçants, probablement excédés par les demandes de touristes égarés, affichent carrément les directions dans leur vitrine...

J'apprécie d'avoir la direction du Rialto...

J'apprécie d'avoir la direction du Rialto...

Venise : prélude à La Traviata

Au détour d'une ruelle, je découvre avec amusement des masques bien différents des clichés habituels :

Venise : prélude à La Traviata

En revanche, en me retrouvant devant une station de vaporetto, je m'aperçois que malgré ma bonne volonté... je suis arrivé à Accademia, à  l'opposé du Rialto.

Venise : prélude à La Traviata

Pour montrer l'ampleur du décalage, voici un extrait de la carte :

Pour l'anecdote, le nord est à gauche, sur la carte de Venise.

Pour l'anecdote, le nord est à gauche, sur la carte de Venise.

Heureusement, le pont de l'Accademia donne aussi accès au quartier San Marco donc c'est juste une plus longue promenade dans un endroit agréable.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

A l'Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti, une exposition temporaire incite à la visite.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Installation à base de miroirs brisés - Anna Lea Kopperi

Installation à base de miroirs brisés - Anna Lea Kopperi

Venise : prélude à La Traviata
Biblioteca Specularis - Fernando Quintas - 2014

Biblioteca Specularis - Fernando Quintas - 2014

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

Retour à la lumière du jour, bien grise en février mais relevée par les multiples nuances des façades.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Tiens, un gondolier égaré ?

Tiens, un gondolier égaré ?

Ah non, la gondole est garée tout près.

Ah non, la gondole est garée tout près.

En arrivant près de l'hôtel, le nom d'une rue toute proche me donne à espérer que ce ne sera pas un coupe-gorge...

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Ambiance très chouchou-cocotte !

Ambiance très chouchou-cocotte !

Après m'être installée, j'ai bien mérité mon premier casse-croûte et capuccino avant de repartir en balade.

Venise : prélude à La Traviata
Il n'y a pas qu'à Pise qu'une tour est penchée.

Il n'y a pas qu'à Pise qu'une tour est penchée.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Que fait un gondolier désoeuvré ? Il joue !  Les temps changent même si les gondoles restent.

Que fait un gondolier désoeuvré ? Il joue ! Les temps changent même si les gondoles restent.

Les Vénitiens doivent penser que, décidément, les touristes sont idiots car l'avertssement sur les dangers d'une vitrine brisée est uniquement... en anglais.

Venise : prélude à La Traviata

Et soudain, grand moment d'émotion ! Je tombe sur la magnifique pâtisserie dont j'avais un souvenir déchirant : bien des années plus tôt, de bon matin, j'y avais vu de magnifiques marrons fraîchement confits, encore dégoulinants de sirop.

Comme je venais de prendre mon petit déjeuner, je m'étais dit que j'y reviendrais dans l'après-mdi. Grossière erreur : perdue dans le dédale de la ville, je n'avais jamais pu retrouver  la place dont j'avais omis de noter que c'était le campo San Luca.

 

 

Venise : prélude à La Traviata

Cette cruelle déception  m'a protégée pour toujours de la procrastination, et particulièrement aujourd'hui, comme il n'y a pas de marrons, je m'offre un copieux cannolo, patisserie sicilienne qui a fait son chemin.

Et c'est pas pour les chochottes !

Et c'est pas pour les chochottes !

Toute guillerette, je reprends la promenade.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

Et me voici devant le théâtre, qui porte bien son nom de "phénix" puisque La Fenice s'est vue par trois fois renaître de ses cendres.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

Grâce à ma réservation en ligne, j'obtiens rapidement le billet et peux visiter les lieux.

Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata
Venise : prélude à La Traviata

Après toutes ces fanfreluches, les toilettes sont d'une décevante sobriété...

Venise : prélude à La Traviata

Il ne reste plus qu'à rejoindre la loge... A suivre !

Commenter cet article

Agnès 25/02/2015 18:20

Jolis masques...
La chambre d'hôtel brrrrr suffocante. ..ça ne vaut pas la chambre aseptisée de l hé hé he

Blablette 23/02/2015 18:47

Ahhhh, Venise, j'y retournerais bien... surtout hors saison, ça doit être agréable et poétique.
Tu as vu de jolis endroits, et les masques steampunk sont bien le témoin que les temps changent, comme le gondolieri qui joue sur son smartphone... ^_^

Baronne Samedi 23/02/2015 22:09

Sous la pluie, Venise a un autre visage. Mars ou avril sont plus favorables à la promenade mais il y a toujours quelque chose à découvrir, quel que soit le climat !