Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Yerevan - Le premier jour

Publié le 16 Avril 2014 par Baronne Samedi in Arménie 2014

Enfin m'y voici !

 

J'ai quitté mon appartement à 8 h ce matin, et après le vol intérieur pour Paris, puis la correspondance, il m'aura fallu onze heures pour atterrir à Yerevan, à 20h15, heure locale.

 

La bonne surprise, c'est qu'il n'y a même plus besoin d'un visa pour un séjour inférieur à 6 mois. La moins bonne surprise, c'est l'épopée pour rallier le centre ville car il n'y a pas de navette alors que le terminal est ultra-moderne.  L'aéroport impose en monopole la compagnie AéroTaxi (dont je n'ai pas vu le moindre specimen) et le résultat c'est que les taxis indépendants et autres clandestins en sont réduits à suivre les voyageurs en s'approchant par le côté, avant de les aborder l'air furtif pour proposer une course.

 

L'effet est assez dérangeant quand on a l'impression d'être suivie par un pervers ou qu'on s'attend à se voir proposer des choses illégales.

 

Bref, après avoir rabroué un malheureux, j'ai fini par en engager un autre et arriver à l'auberge de jeunesse. Là aussi, il est préférable de ne pas être de nature craintive car dans les rues petites et moyennes l'éclairage est plus chiche qu'en France. De fait, l'auberge étant dans une cour obscure, le chauffeur lui-même a tenu à m'accompagner jusqu'à la porte pour s'assurer que j'étais à la bonne adresse.

 

Après un accueil charmant, j'ai pu poser ma valise et me ruer au grand magasin alimentaire encore ouvert  pour me jeter sur tout ce dont j'avais envie : d'abord, un flacon de "tann", du yaourt étendu d'eau légèrement salé (les Indiens ont le lhassi), ensuite une bouteille de jus de grenade pur, du "lavach" de campagne, pain en feuille fine cuit dans un four en briques réfractaire et un pot de yaourt, du vrai, épais, crémeux à souhait.

 

En route, j'ai croisé moultes gens l'oreille vissée au téléphone mobile, évidemment...

Yerevan - Le premier jour
Commenter cet article