Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baronne Samedi

Broutilles paraissant le crésudi

Yerevan, le 17 avril

Publié le 17 Avril 2014 par Baronne Samedi in Arménie 2014

Comme une âme bien intentionnée m'a seriné les vertus de l'appareil-photo, vous allez être dispensés de mon art du récit, au profit d'une suite d'images faites au gré de ma promenade.

 

Ceci remplacera avantageusement auprès des nostalgiques les fameuses soirées diapo, si ce n'est que mon total manque d'expérience vous vaudra un fatras que je me refuse à structurer (il est plus de minuit, alors bon....).

 

Les feux avec compte à rebours, pour les piétons comme pour les voitures sont très pratiques quand on voit la largeur des avenues.

Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Traduction : "Lire, c'est la nouvelle mode"

Traduction : "Lire, c'est la nouvelle mode"

C'est une blanchisserie. J'aime beaucoup "L'art de vivre propre".

C'est une blanchisserie. J'aime beaucoup "L'art de vivre propre".

Yerevan, le 17 avril

 

Et donc, je suis arrivée au centre d'art Cafesjian, dans le bâtiment appelé "Cascade".

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Lièvres de Barry Flanagan (notez l'enclume : elle est parente d'une des miennes)
Lièvres de Barry Flanagan (notez l'enclume : elle est parente d'une des miennes)
Lièvres de Barry Flanagan (notez l'enclume : elle est parente d'une des miennes)
Lièvres de Barry Flanagan (notez l'enclume : elle est parente d'une des miennes)

Lièvres de Barry Flanagan (notez l'enclume : elle est parente d'une des miennes)

Botero
Botero

Botero

Pas de nom d'artiste
Pas de nom d'artiste

Pas de nom d'artiste

Saraj Guha
Saraj Guha

Saraj Guha

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Pas de nom d'artiste

Pas de nom d'artiste

Pas de nom d'artiste (et ça m'énerve !)
Pas de nom d'artiste (et ça m'énerve !)
Pas de nom d'artiste (et ça m'énerve !)
Pas de nom d'artiste (et ça m'énerve !)

Pas de nom d'artiste (et ça m'énerve !)

Martin Debenham, acierMartin Debenham, acier

Martin Debenham, acier

Siège, Richard Crosswell

Siège, Richard Crosswell

Ji Yong Ho, pneus recyclés. J'ai d'abord cru qu'il était en acier, tellement il est puissant.

Ji Yong Ho, pneus recyclés. J'ai d'abord cru qu'il était en acier, tellement il est puissant.

Je repars en balade, à la recherche d'un bon casse croûte.
Je repars en balade, à la recherche d'un bon casse croûte.

Je repars en balade, à la recherche d'un bon casse croûte.

Yerevan, le 17 avril
Joueurs d'échecs

Joueurs d'échecs

Au cinéma : je me demande comment sera reçu le "Noé" dans le pays où son arche a touché terre...

Au cinéma : je me demande comment sera reçu le "Noé" dans le pays où son arche a touché terre...

Yerevan, le 17 avril

Il fait 26°, il est déjà 15 h mais je m'arrête faire des emplettes au siège de l'association qui gère de nombreux programmes d'artisanat local pour favoriser le développement économique des régions éloignées de la capitale http://hdif.org/

 

Après ça, je suis à proximité d'un restaurant que j'apprécie pour sa variété de plats traditionnels, le "Caucase".

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril

J'opte pour une bonne dose de végétaux pour faire le plein de vitamines.

 

Pour commencer, je choisis quelque chose d'inconnu : une salade de "aveloug". C'est cuit avec une pointe d'ail, saupoudré de noix et servi froid. Après recherche, j'apprends qu'en français c'est la parelle, ou oseile crépue (Rumex crispus). L'aspect n'est pas engageant mais la saveur musquée est intéressante.

 

Je poursuis avec un simple salade mélangée et je termine sur du "helva" maison, qui s'avère être la version de ménage, farine rôtie dans  beurre et sucre (ma grand'mère en faisait un meilleur, avec en plus des pignons de pin)

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril

Au dessert, je papote avec le serveur et lui montre mon troupeau échappé de l'arche de Noé, chez HDIF. Il les trouve tellement mignons qu'il en a des yeux d'enfant, alors je lui offre un cheval.

Et après ça, je repars vers l'auberge sous un soleil de plomb

Et après ça, je repars vers l'auberge sous un soleil de plomb

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Sur les murs des passages menant à des cours desservant plusieurs immeubles
Sur les murs des passages menant à des cours desservant plusieurs immeubles

Sur les murs des passages menant à des cours desservant plusieurs immeubles

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril Yerevan, le 17 avril

C'est là que je découvre qu'une batterie d'appareil-photo n'est pas à la hauteur de mes attentes....

 

Je retourne donc me reposer à l'auberge pendant une heure, avant d'aller devant l'Opéra  rencontrer le jeune homme connu par Facebook et qui,sur l'idée de sa femme créatrice aussi, fabrique des noeuds papillons de tous styles, jusqu'aux plus farfelus Bow-X

 

J'ai choisi ce point de rendez-vous car je dois y retrouver Anahit, qui tient une maison d'hôtes à Idjevan où j'avais séjourné lors de mon précédent voyage. Par chance, elle est à Yerevan pour deux jours de cours de commerce et je l'invite à une représentation de l'opéra Sayat-Nova, retraçant le destin de celui qu'on appelait "Le Roi des Troubadours".

Yerevan, le 17 avril
Yerevan, le 17 avril

La musique n'était pas d'une grande originalité mais les chanteurs, la mise en scène et les costumes étaient éblouissants.

 

Nous avons en suite dîné au restaurant qui sert des "jingalov hats", des galettes fourrées de dizaines de sorte d'herbes dont je raffole littéralement, tout en buvant du "tan".

Yerevan, le 17 avril

Après ça... une bonne dose de sommeil mérité !

 

Commenter cet article

Antranik 04/05/2014 00:39

Quelle collection de photos ! Ton appareil a chauffé !
Le joueur de nardi en bronze m'a attiré et je me suis assis en face de lui pour l'affronter, mais il a eu peur de perdre.
Je suis assez redoutable à ce jeu et si tu le pratiques, j'en ai un en bois tout marqueté qui me vient de mon grand-père...
Je t'attends de pied ferme.

Baronne Samedi 04/05/2014 18:34

Mon grand'père jouait au "tavlou" avec tant de passion avec ses copains qu'il criait en tapant les pions : je ne le reconnaissais plus ! C'était un jeu d'hommes... du coup je n'avais jamais eu idée d'apprendre : je le regrette aujourd'hui.

Camiel 18/04/2014 13:45

Je n'oublierai jamais la visite guidée que tu m'as proposée dans cette ville magnifique. Merci encore, très belles photos!

Baronne Samedi 18/04/2014 15:04

Tu sais, j'ai pensé à toi devant le musée car je n'ai même pas encore bu ma première bière locale !

Maud 18/04/2014 13:19

Suis-je en train de rêver...? Ou as-tu vraiment pris des photos?!?
Tellement contente! :D